JOUR UN (Genèse 1, 3-5)

"Et est advenu soir et est advenu matin, Jour UN ".
Pas "premier jour" comme sur vos traductions. Pourquoi?
Parce que tout est contenu dans ce jour. Comme la semence contient l'arbre. Et par la suite, on va voir ce que fait cette lumière. La lumière est la racine de toute chose. Vous savez que même la science a découvert cela. Toutes choses ont une racine: lumière, énergie. Tout est une expression d'une énergie fondamentale.
Et nous, dans notre voie spirituelle: un jour, un jour dans cette nuit, inconscience, l'homme sans voie, sans lieu de Présence, est venu quoi? La lumière de Dieu.
Cette lumière n'est pas une lumière du soleil; il n'y a pas de soleil; le soleil va paraître le quatrième jour. Cela aussi, il faut le regarder.
Les hommes ne le comprennent pas aujourd'hui. Le soleil, ce n'est pas cela la lumière. Ici la lumière c'est la lumière de la connaissance.
La lumière de la connaissance est créée mais elle a une source incréée. Ce qui fait qu'à Noël, dans l'Eglise orthodoxe, nous chantons dans un tropaire: "Lumière de la connaissance qui s'est incarnée", qui s'est montrée. La source de la Lumière de la connaissance c'est le Christ, le Logos, le Verbe de Dieu.
Voilà la racine de cette lumière, la source de la lumière, Lumière de la connaissance!
Les rabbis disent que dans cette lumière, Adam voyait jusqu'aux confins du monde; c'est-à-dire qu'il était grand, il connaissait toute chose, le sens de tout. Il n'avait pas besoin de la science moderne pour comprendre ce qu'elle ne comprend pas, le sens. Adam connaissait le sens, ce pourquoi les choses étaient là. Quand il nomme les choses, il révèle le sens.
Voilà! La Lumière de la connaissance, la lumière du "Jour Un" est arrivée dans notre vie et qu'est ce que nous avons vu? Qu'est ce que vous avez vu? Le "tohu vav bohu".
C'est ce qu'on a vu. C'est ce qu'il fallait voir! Que nous ne sommes que cela, confusion; tout est mêlé, vide, informe. C'est comme cela qu'Il nous a trouvés, c'est cela qu'Il nous a montré. Si on ne l'a pas vu, on doit encore commencer. Toute forme et toute plénitude vient de Lui. Sans Lui: "tohu vav bohu", la lumière nous l'a montré et pas seulement une fois. Elle nous le montrera toute notre vie.
Et qu'est ce qu'on fait? On entre, si on le fait vraiment, dans la réalité du baptême.
Nos anciens disaient : l'eau du baptême, c'est le symbole des larmes.
Si vous voulez entrer dans le baptême, il faut acquérir le don des larmes, pleurer son péché, acquérir la componction, crier: "Kyrie eleison!" toute sa vie, à chaque instant, dans quelque langue que vous voulez mais vous le répétez "Kyrie! Kyrie! Kyrie eleison! aie pitié de moi! " Quand la lumière est entrée dans la vie, c'est ce qui arrive. Et pourquoi?
Parce que, quand Dieu entre dans la vie, quand la lumière de la connaissance est sur nous, nous voyons à quoi Dieu nous appelle, ce qu'il veut faire de nous: il veut faire de nous des dieux, donner sa propre vie.
Alors quelle est la réponse de l'homme? c'est de crier: "Kyrie Kyrie Kyrie eleison! aie pitié de moi!
Moi qui suis si loin de ce que tu voudrais me donner, mais donne-moi!
Je suis ému devant une telle élection!" Je ne peux être qu'ému. Alors mon cœur s'adoucit par les larmes et le repentir.
Vous voyez comment le moment du repentir est déjà arrivé là, le premier jour. Tout commence là: la lumière! Et Dieu voit la beauté de l'homme quand il crie:"Kyrie eleison! aie pitié de moi!"
Encore une chose sur le Un:
Il y a lumière; il y a soir et matin et il n'y a pas de soleil, qu'est ce que ça veut dire?
C'est que le soleil n'est pas nécessaire pour qu'il y ait soir ni matin! Cela c'est une révélation. "Soir et matin" sont une réalité fondamentale de la création.
Ils expriment quelque chose de plus grand que le soleil et la lune, sur le rythme divin, sur l'harmonie divine, sur l'ordre divin. Le soleil, la lune et les étoiles ne font que le montrer, le rendre sensible.
C'est comme nos horloges, elles nous donnent l'heure mais ce n'est pas l'horloge qui fait l'heure.
Le soleil et la lune ne font pas le temps. Physiquement oui, c'est vrai, mais il y a une réalité au-delà, une réalité plus profonde du matin et du soir qui nous dit quelque chose sur ce qu'est Dieu pour notre vie, la façon dont Il est présent à nous, son harmonie, son rythme à lui.
Vous verrez que le rythme divin, c'est le rythme de la respiration: il inspire et il expire. Nous parlons bien du Souffle Saint: il inspire et il expire; il respire dans le temps et il respire dans l'espace.
Vous pouvez prendre conscience de cela.
Quand la Lumière de Dieu arrive dans notre vie, nous commençons à prendre conscience de cette grande respiration, antérieure au soleil et à la lune, une autre réalité.
Israël savait cela; ce n'était pas un" peuple de peu de culture", croyez-moi. Il avait une science, la science de Dieu.
question: pourquoi parle-t-on du soir avant le matin?
Bernard: chez les anciens, le jour commence le soir. Le soir c'est le dedans; c'est quand on s'arrête, quand on se repose. Et nous verrons au septième jour que ce repos est extraordinairement actif mais c'est un repos, pour qu'après, le matin, le jour, il y ait une activité.
Nous avons ce double rythme dans l'Evangile de Marc, l'été et l'hiver, le soir et le matin, le jour et la nuit. Ce rythme est en nous au niveau biologique aussi, nous avons un rythme.
La Parole aussi est rythmée comme cela. Elle correspond exactement à notre rythme biologique.
C'est une chose dont on ne parle pas assez souvent. Ces grands rythmes cosmiques sont en nous et nous sommes l'expression de cela. Et aujourd'hui, on voudrait vivre en dehors de cela.
Le Jour Un, tout est dit!! Si on ne saisit pas le Jour Un, on passe à côté de tout le reste.

(Extrait d'enseignements de Bernard FRINKING
sur les récits fondateurs)